Le blog de xave06

Blogs-Train.fr | Forum-Train.fr | Boutique-Train.fr

Vendredi 17 Février 2017 - 2 - Artisanats : Pierres précieuses - Soie - Nacre - Chiang Mai

Nous visitons les différents artisanats de la ville de Chiang Mai, pierres précieuses, soie et objets laqués.

La ville est considérée comme le bastion de l'artisanat du nord de la Thaïlande. L'un des rares endroits où l'on peut voir travailler les artisans avant d'acheter.

Pierres précieuses à la GEMS Gallery.

DSCN18280.jpeg

DSCN18290.jpeg

DSCN18270.jpeg

On voit les ouvriers travailler le Jade , monter les pierres précieuses sur les montures.

DSCN18300.jpeg

Pierres précieuses et Pierres semi-précieuses

L'échelle de Mohs fut inventée en 1812 par le minéralogiste allemand Friedrich Mohs afin de mesurer la dureté des minéraux. Elle est basée sur dix minéraux facilement disponibles.

http://www.mineralogie.fr/Durete.html

DSCN18320.jpeg

 

Ateliers de la soie.

La soie est une fibre textile d'origine animale produite par de nombreux arthropodes, araignées et chenilles de certains papillons notamment (Yponomeutes, bombyx). Source Wikipedia.

DSCN18360.jpeg

Celle qui sert à produire des tissus de soie est issue du cocon produit par la chenille (ver à soie) du bombyx du mûrier (Bombix mori) pour la soie de culture. En France, la production débuta au XIIIe siècle. L'élevage des vers à soie est appelé « sériciculture ». Source Wikipedia.

DSCN18370.jpeg

En Europe, la soie fut longtemps un monopole de l'empire romain d'Orient. Arrivée en Europpe ocidentale à la fin du Moyen Âge, la production de soie parvient au stade de l' industrialisationi à partir du XIXe siecle, à Lyon notamment (la Fabrique). Source Wikipedia.

DSCN18410.jpeg

La préparation des cocons

  1. Le décoconnage. 8 à 10 jours après la fabrication du cocon, a lieu le décoconnage. Les cocons sont enlevés de leur support et triés. Ensuite on enlève la bourre ou « blaze », qui a servi à la fixation du cocon.
  2. L'étouffage. Les cocons sont ensuite étouffés dans des étuves de 70 à 80 °C, puis trempés dans l'eau bouillante pour que le grès (ou séricine, colle naturelle protégeant les brins) se ramollisse.

La chrysalide doit être tuée sans abîmer le cocon. Source Wikipedia.

DSCN18450.jpeg

La filature

Chaque cocon n'est fait que d'un seul fil appelé bave. Pour trouver l'extrémité de chaque fil, on remue constamment les cocons avec un petit balai de bruyère  (en France) ou de paille de riz (en Chine). Celui-ci sert à accrocher les premiers fils de dévidage. Chaque fil étant trop fin, on en réunit plusieurs (une dizaine) lors du dévidage. Ceux-ci se soudent entre eux grâce au grès, lors de son refroidissement. Source Wikipedia.

DSCN18400.jpeg

Les fils sont enroulés sur des « dévidoirs », la soie est alors dite soie « grège ». Celle-ci est ensuite enroulée sur des écheveaux ou « flotte ». Un kilogramme de soie grège s'obtient avec huit à dix kilogrammes de cocon. Source Wikipedia.

DSCN18350.jpeg

Teinture des fils de soie dans différents bains de colorants naturels.

DSCN18430.jpeg

Le tissage

Pour le tissage, la soie se présente sous la forme de flotte.

  1. Elle est enroulée sur un tambour « l'ourdissoir ». Cela permettra de monter les fils de chaîne sur le métier.
  2. Elle est dévidée sur une « cannette » qui sera placée dans la « navette ». Celle-ci sert à tisser la trame.

Il existe aussi une autre sorte de soie l'organdi.

Source Wikipedia.

DSCN18380.jpeg

Une charmante hôtesse nous explique toutes les étapes de la soie dans un français impeccable !!

DSCN18390.jpeg

Un métier à tisser est une machine utilisée par un tisserand pour fabriquer du tissu. Il peut être industriel comme dans l'industrie textile (production de textile), ou manuel.

DSCN18440.jpeg

Malgré les progrès mécaniques, le fonctionnement de base est resté le même depuis des siècles : le métier à tisser fixe les fils de chaîne selon la tension désirée, tout en permettant le passage des fils de trame, perpendiculairement, entre les fils de chaîne.

DSCN18401.jpeg

Les ouvrières sont imperturbables malgré les visiteurs !

DSCN18402.jpeg

A la sortie de l'atelier de soie, quelques statues dédiées à Bouddha!

DSCN18470.jpeg

DSCN18561.jpeg

DSCN18570.jpeg

Lieu de prière.

DSCN18590.jpeg

Atelier de la Laque.

La laque est une résine issue de la sève, en général très toxique, de divers arbustes de la famille des Anacardiaceae. Celle-ci forme en séchant un revêtement solide, résistant aux intempéries que l'on nomme également la laque. On appelle également un laque, au masculin cette fois, un objet fait de laque. La laque prend ses racines en Chine il y a plus de 3 000 ans, et sa technique s'est développée ensuite dans toute l' Asie du Sud-Est. Appliquée sur le bois elle le protège en l'imperméabilisant

DSCN18610.jpeg

Une hôtesse nous explique les différentes phases pour la confection des objets en laque. 10 couches sont nécessaires au minimum.

DSCN18620.jpeg

Entre chaque couche, les ouvrières poncent au papier de verre très fin sous l'eau.

DSCN18640.jpeg

On repasse une autre couche de laque.

DSCN18660.jpeg

Ajout de coquilles d'oeufs.

DSCN18670.jpeg

Il faut être agile de ses doigts !

DSCN18710.jpeg

DSCN18680.jpeg

Gravure de la laque.

DSCN18690.jpeg

DSCN18700.jpeg

Différentes phases de décoration au pinceau ultra fin.

DSCN18720.jpeg

DSCN18650.jpeg

Une feuille d'or est posé dans l'objet laqué et une couche de laque translucide est ensuite appliquée!.

DSCN18730.jpeg

Bain pour la feuille d'or.

DSCN18740.jpeg

Différents objets laqués et décorés par les différentes techniques..

DSCN18760.jpeg

Quelques principes de base de la laque (Voir cet article pour plus de détails)

  • La sève résineuse récoltée doit être utilisée dès qu'elle a été filtrée et purifiée, colorée ou nature. Elle sèche en formant un film insoluble et sans pores.
  • La laque adhère sur de nombreuses surfaces, bambou, bois, feuilles de palmier, métal, cuir…
  • Elle possède de nombreuses qualités comme de rendre imperméables les objets qu'elle recouvre, elle résiste aux insectes et garde en toutes occasions sa flexibilité.
  • La laque naturelle s'utilise par application de couches très minces ; la qualité de la laque est déterminée par le nombre de couches — sept couches pour une belle laque ; les Chinois peuvent passer jusqu'à 18 couches sur les plus beaux objets sculptés. Ces couches très minces sont séchées puis polies avec un mélange de poudre de brique broyée impalpable, de sang de cochon et d'huile Tsong-Yeou, avant application de la couche suivante.
  • La peinture, apposée en surface, est, elle aussi, préparée avec de la laque dans laquelle est incorporé du camphre pour la rendre plus fluide, et des pigments colorés minéraux : cinabre pour le rouge, orpiment pour le jaune, Taï-Tsi pierre violette pour le violet, feuilles d'or pour le blanc. La couleur est obtenue en fonction des produits naturels ou chimiques incorporés, de l'oxyde de fer pour le noir, du sulfure naturel de mercure pour le vermillon, du sesquioxyde de fer pour l'ocre rouge, du sulfure d'arsenic pour le jaune, mélange de jaune et de noir pour le vert.
  • Il est impossible de réparer les cassures quand elles se produisent dans la laque. Une réparation, si bien faite soit-elle, se voit toujours.

Pour la suite, balade en Tuk-tuk  et visite du temple d'argent.

 

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://xave06.blogs-train.fr/index.php/trackback/846

Fil des commentaires de ce billet